Un plan vélo électrochoc à l’échelle de l’agglomération colmarienne en 5 étapes.

Contexte :

  1. L’utilisation massive de la voiture particulière est le principal facteur de pollutions locales et de congestion des accès à la ville
  2. Colmar est une ville avec de nombreux atouts pour y développer la pratique du vélo (relief, météo, etc.) mais en classé D par le baromètre des villes cyclables 2019, en régression par rapport à 2017.
  3. Aujourd’hui il n’y a à Colmar aucune réelle piste cyclable séparée de la chaussée. Seules existent des bandes cyclables franchissables sur lesquelles se garent les voitures. 

Les freins au développement du vélo sont connus:

  • L’insuffisance et les discontinuités des aménagements cyclables sécurisés 
  • Les vols de vélos. Après un vol, les victimes ont tendance à ne pas racheter de vélo ou à descendre en gamme et donc à acheter un matériel moins sûr. Les vols sont souvent dus à un nombre de places de stationnement sécurisées insuffisant, aux abords des gares par exemple. 
  • Le manque d’incitations à l’usage du vélo 
  • Des obstacles d’ordre culturel et le déficit d’image.  Très peu de personnes osent déclarer ne pas savoir faire du vélo et on estime que 2 à 10 % de la population n’aurait jamais appris à faire du vélo, notamment dans un certain nombre de populations précarisées, alors qu’il peut constituer un vecteur d’insertion sociale et permettre d’accéder à un emploi. Contrairement à d’autres pays européens, l’école n’est pas encore un lieu d’apprentissage du vélo pour tous les enfants. Certaines personnes qui utilisent le vélo dans le cadre de loisirs n’envisagent pas de se déplacer quotidiennement à vélo. Le vélo n’est pas encore considéré comme un mode de transport à part entière. 

Etape 1 : Mettre à niveau des principaux itinéraires cyclables et suppression des discontinuités.

Développer des itinéraires cyclables sécurisés et adaptés aux besoins

  1. Renforcer les liens manquants notamment sur les ponts sur la voie ferrée, les franchissements de l’avenue d’Alsace, les liaisons vers bourgs de Colmar agglomération. Créer une passerelle le long du pont de la rue du d'Altkirch.
  2. Sécuriser des principaux axes (séparation des voitures, éclairage, signalisation) notamment route d’Ingersheim.
  3. Penser les itinéraires cyclables globalement et en continuité, plutôt que ponctuellement : un petit bout d’itinéraire problématique peut suffire à insécuriser le cycliste
  4. Elargir les zone 30 dès que possible, avec double sens cyclables pour les vélos dans les voies en sens unique.
  5. Travailler spécifiquement sur le franchissement des ronds points et carrefours automobiles aujourd’hui dangereux.
  6. Répondre enfin à l’appel à projet spécifique lancé par l’état et l’ADEME pour obtenir des financement. Colmar n’a pas répondu aux deux premiers!

Etape 2 : Créer des stationnements pour cycles pratiques et sécurisants

Pour que l’utilisation du vélo soit une alternative crédible à la voiture, il faut assurer des points de stationnements qui offrent à la fois sécurité (efficacité de l’aménagement contre le vol et les dégradations) commodité (simplicité à fixer les vélos, espacement pour les manipuler) et proximité.

Multiplier les stationnement cyclables, simples arceaux, ou avec contrôle d’accès

  1. Sur l’espace public, à la gare, dans les parkings en ouvrage.
  2. Dans les résidences/copropriétés avec adaptation du PLU
  3. Souscrire au programme Alvéole de la FUB qui permet de financer la création de places de stationnement vélo à proximité des pôles d’intermodalité, des établissements scolaires et universitaires ainsi qu’à proximité des établissements publics.

Renforcer la sécurité en élargissement de la vidéo protection qui permettra de surveiller les zones à risques, la police municipale fera des passages réguliers, et la politique de marquage des vélos sera renforcée.

Etape 3 : Développer des actions ambitieuses de formation et de promotion du vélo

  1. Promouvoir : pour mettre en valeur des cyclistes, accompagner les entreprises dans l’élaboration de leur plan de mobilité obligatoire pour prendre en compte le vélo, opération « au boulot en vélo » avec challenge de kilomètres parcourus, promotion à l’école, encouragement au développements de pédibus et de vélobus.
  2. Aider financièrement : mettre en place le forfait mobilité active dans les services municipaux, action auprès des entreprises pour les encourager à le faire
  3. Maintenir l’aide à l’achat et établir un bilan coût-efficacité à faire en début de mandat.
  4. Former à la pratique du vélo dès l’école dans le cadre du plan “savoir rouler à vélo” élaboré par l’éducation nationale. 
  5. Former à l’auto réparation et l’entretien, aux règles de sécurité, etc.
  6. Proposer des perfectionnements à la pratique du vélo pour les adultes.

Etape 4 : Offrir des solutions vélo convaincantes pour les usagers occasionnels, pour les touristes et les non-pratiquants.

A la fois pour 

  1. Des Colmariens non-pratiquants du vélo
  2. Les visiteurs occasionnels dans le cadre d’un déplacement professionnel ou privé
  3. Des touristes qui souhaitent découvrir la ville, mais aussi les villages du vignoble.

Développer le service de location de vélo à la gare avec:

  1. des locations de courte et de longue durée de vélos standard et électriques
  2. une forte amplitude d’ouverture
  3. une tarification adaptée aux différents publics

Etape 5 : Prévoir des alternatives à la pratique quotidienne du vélo 

Offrir des alternatives commodes en cas de pluie ou de trajets occasionnels plus longs.

  1. Mettre en place un dispositif de d’autopartage de type Citiz s’appuyant sur les parkings existants 
  2. Proposer la location à tarif préférentiel d’un vélo électrique si vous venez en vélo
  3. Travailler avec la région à des tarifs préférentiels sur le réseau TER.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK