⟵ Retour

Réponses - Questionnaire des Vitrines de Colmar

Réponses aux questions des commerçants des Vitrines de Colmar

 1 Pour être attractive, une ville a besoin d’enseignes nouvelles, dynamiques et qualitatives. Quels sont pour vous les points d’attractivités d’une ville qui pourraient les intéresser ? Comment pouvez-vous les influencer ?

Les enseignes qui s'installent en ville cherchent des clients c’est à dire des flux. C’est un truisme. Elles sont donc à la recherche de villes animées, avec des rues densément fréquentées que ce soit par les habitants de la ville elle même ou par des touristes. Les loyers proposés par les propriétaires des locaux commerciaux doivent être adaptés aux chiffres d’affaire et aux marges de l'activité. Certaines de ces enseignes sont à la recherche de surface adaptée, suffisamment grande, parfois difficile à trouver, et d’autres de petites surfaces. Les bâtiments doivent être bien entretenus. Ce n’est pas toujours le cas à Colmar.

Pour les attirer il est donc nécessaire d’animer le centre ville, et de le faire avec une diversité d’actions afin d’attirer une diversité de public. Je proposerai dans mon programme plusieurs mesures d’animation qui permettront cette diversité. J’en ai déjà révélé une le week end dernier « C’est dimanche, Je réinvestis ma ville », centre ville piétonnier une fois par mois avec des artistes locaux et associations qui animent les rues et les lieux culturels.

Mais il faut aussi être prêt à les accueillir de façon réactive et attentive. Un de mes adjoints sera particulièrement chargé de l’accueil des enseignes qui souhaitent s’installer. Il ou elle sera assisté par un agent des services, “manager de centre ville”, qui sera clairement identifié comme le point d’entré pour les entreprises en recherche de locaux. 

La ville, son centre, comme ses quartiers périphériques ont besoin d’enseignes locomotives pour attirer les clients ( téléphonie, marques de prêt à porter., pour leur donner une raison d’aller en ville plutôt que d’acheter en ligne.

D’autres actions peuvent être menées par exemple maintenir voire réimplanter les médecins en centre ville, redonner de l’attractivité aux logements du centre-ville notamment pour les familles, faciliter l’accès sans submerger les rues sous le flot automobile, verdir le centre-ville en aménageant des jardins et des places de convivialité pour redonner envie aux habitants de se balader en ville.Tout cela peut être organisé sous la bannière Action Coeur de Ville.

Il faut que le centre-ville redevienne un lieu de rencontres, d’échanges, de détente et non comme certains le perçoivent comme un lieu de contrainte ( trop de touristes, stationnement trop cher, accès compliqué, commerces inadaptés à mes besoins ou envies )

2 Quelles sont les missions que vous souhaitez fixer à l’animatrice de ville et à l’adjoint au commerce ? Comment envisagez-vous leurs collaborations avec notre association ?

Ces rôles sont essentiels. L’animatrice de ville doit être le premier contact pour ceux qui cherchent à s’installer mais aussi celui qui crée le lien entre tous les acteurs de l’activité commerciale . Elle est non seulement manager mais aussi développeur. En d'autres termes : passer de l'animation à la supervision. Elle doit bénéficier de la confiance de la mairie, des élus et de l’ensemble des services de la ville pour pouvoir prendre les initiatives nécessaires. Elle doit cultiver trois compétences : le savoir-faire d'un urbaniste, afin de dialoguer avec les collectivités, celui d'un financier, pour être en mesure d'attirer des franchises de rayonnement métropolitain ou de capter des financements européens, et enfin celui d'un sociologue, à même de “créer un discours qui attire en ville”. Son rôle ne doit pas être limité au centre ville, mais à l’ensemble de la ville, voire de l’agglomération si un accord est trouvé pour cela avec les autres communes.

L’adjoint ou l’adjointe au commerce me représentera de façon officielle dans les contacts avec les commerçants présents et futurs. Il assurera la prospection nécessaire dans les instances régionales et nationales pour présenter l’attractivité de Colmar et sera assisté par l’animatrice de ville. Il ou elle sera chargé de l’élaboration d’un projet global commercial pour la ville. Nous nous appuierons sur un diagnostic solide- à voir si celui commandé par la Municipalité gardé confidentiel est complet.. Ce projet sera bien entendu concerté avec les commerçants, la population et prendra en compte les enjeux commerciaux dans leur globalité: Commerce en ligne, grandes surfaces, friches commerciales, innovations, foncier, numérique…. Il aura vocation être décliné dans le plan ACV, le PLU, le SCOT…

J’observe que les plus forts consommateurs en drive sont aussi les adeptes de la vente directe, que le commerce de proximité doit se ré-inventer, que le digital a besoin du magasin physique pour accélérer ses ventes, que le commerce physique ne peut plus se passer de vitrine numérique… Le monde du commerce vit un sacré chamboulement, une évolution sans précédent… Ce sera le rôle de l’adjoint ou l’adjointe accompagné par l’animatrice de centre ville de vous aider dans cette aventure et d’être force de propositions.

3 Au-delà de nos 220 adhérents, d’un Bureau de 13 commerçants bénévoles, d’un mode de paiement fédérateur grâce aux Chèques Cadeaux Colmar, des avantages pour les salariés au travers du Pass, d’un système de fidélisation à travers La Carte et de nombreuses animations … Que représente pour vous notre association ? Que pensez-vous pouvoir nous apporter ?

L’association des commerçants de Colmar est essentielle pour la vitalité de la ville. La municipalité ne peut  avoir chacun des commerçants comme interlocuteur. Elle doit pouvoir travailler avec leurs représentants démocratiquement choisis et organisés de façon à pouvoir travailler de façon constructive. Vous pouvez compter sur mon soutien pour cela, mon écoute, et ma volonté irréfragable de concerter les orientations stratégiques que je mettrai en place. Je suis issue du monde de l’entreprise: à travers mes différentes expériences professionnelles ( immobilières et la création de la marque de ski Black Crows), je suis à même de comprendre vos besoins vos difficultés et vos attentes. .

 Mais je sais aussi  que c’est vous qui allez beaucoup m’apporter, apporter à mon équipe, à la ville et aux Colmariens car c’est l’intelligence collective qui nous permet d’être le plus efficace. Nous travaillerons ensemble dans l’intérêt de tous.

4 Quels sont vos projets pour favoriser le développement commercial de Colmar ? En termes d’accessibilité, de modernisation, de stationnement …Comme par exemple la destination de la place de la Cathédrale.

J’ai commencé à annoncer mon programme le week end dernier avec 12 mesures. Nous les avons mises au point pendant les longs mois de préparation de la campagne qui nous ont amené à en retenir 120 qui constituent un programme cohérent. Vous me permettrez de ne pas les révéler toutes aujourd’hui. En ce qui concerne le centre ville le stationnement est un problème durement ressenti à Colmar. Nous prendrons des mesures immédiates notamment à destination des professionnels de santé, des habitants pour réduire voire supprimer les coûts. Mais c’est une réorganisation complète qu’il est nécessaire de mener dont l'objectif sera de faciliter l’accès aux Colmariens, réduire la pollution, réduire les conflits d’usage entre les piétons et les voitures. Là aussi, nous le ferons avec les Colmariens, et nous commencerons par la place de la Cathédrale puisque le projet est déjà lancé. Nous ferons une véritable concertation sur place avec les riverains et tous ceux qui le voudront pour déterminer ce que nous ferons. Nous avons déjà beaucoup écouté et nous savons que les colmariens veulent des arbres, de l’eau vive, de la fraîcheur…. Il faut aussi  aujourd’hui mieux se servir des parkings relais qui ceinturent le centre-ville: pourquoi ne pas mettre en place des systèmes de livraison des achats dans ces parkings. Nous avons également comme objectif de travailler sur l’attractivité économique de notre territoire pour attirer de nouveaux profils et donc de nouveaux consommateurs.

Nous vous surprendrons !

5 Depuis plusieurs années, les boutiques destinées à la vente de produits touristiques, de notre région ou d’ailleurs foisonnent. N’y voyez-vous pas un danger de déséquilibre du tissu commercial ?

Une bonne stratégie d’une ville repose sur l’équilibre entre les forces qui l’animent. Le développement du tourisme a apporté beaucoup à Colmar quand elle s’est désindustrialisé. Beaucoup de commerces traditionnels en ont profité. Mais nous sommes sans doute allé trop loin et des déséquilibres sont apparus parmi lesquels ceux que vous citez. Colmar ne doit pas devenir le Mont Saint Michel ou le Saint Emilion d’Alsace. Nous devons rééquilibrer les forces. Vous savez que la ville n’a pas les moyens de s’opposer facilement à l’installation d’un commerce. Nous sommes dans un pays démocratique. Mais il y a tout de même des choses possibles comme les zones de protection des commerces de proximité. Ces outils devront être analysés et devront figurer au projet global commercial que je mentionnais plus haut.

6 En quelques mots, laissez un message à l’intention des commerçants.

Je suis convaincue que le commerce physique a un très bel avenir devant lui, et particulièrement celui installé en centre-ville. Les gens ont besoin de relations humaines et d’authenticité, et c’est justement ce que peut apporter aujourd’hui un commerçant de centre-ville.

Je serai à votre écoute et nous donnerons à nouveau envie aux colmariennes  et aux colmariens l’envie d’acheter à Colmar .


Programme Complet
Retrouvez notre programme en version numérique pour (re)découvrir nos 123 mesures. 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK